Rechercher sur le site :

A Reims, la porte de Mars...

Plan de la notice 47 - 12/6/2015 :

Pile 8 élévation

 

A propos de la Porte de Mars (F. L.)

La Porte de Mars a les apparences d'un arc à trois baies mais, à la différence des arcs de ce type, le départ des voûtes est au même niveau, donnant une importance relative plus grande aux baies latérales et plus particulièrement au décor des voûtes. Par ailleurs la longueur remarquable (32,50 m) de l'arc que l'on souligne souvent est un élément qui nous permet de poser la question est-ce un arc dit de triomphe ? Caroline Blonce, dans une étude, publiée dans la Revue historique, sur la Porte Noire de Besançon et la Porte de Mars, ne s'est pas posé cette question : pourquoi deux arcs presque contemporains sont-ils aussi différents ? Le monument bisontin est un arc à une baie et deux étages, son décor envahit toute la surface et est composé de scènes de la mythologie surtout grecque. La Porte de Mars comprend trois baies et son décor est très structuré : le même schéma est répété sur les faces externes de piédroits. En 1970, Gilbert Picard signalait déjà que le décor n'était pas celui d'un arc de triomphe mais sans aller plus loin.

Ce dispositif superpose les formes suivantes : rectangle dont le grand côté est horizontal, puis rectangle dont le grand côté est vertical, puis triangle, et cercle. On a là un mouvement ascensionnel prolongé par la hampe au sommet de laquelle sont attachées deux draperies qu'entrouvrent deux putti. Ils illustrent l'apothéose et ce dispositif simplifié se retrouve sur des monuments funéraires.

ci-contre : l'élévation de F8 d'après N. Brunette avec les formes géométriques qui donnent un mouvement ascensionnel

 

Il convient d'identifier le décor dans la mesure où il est encore assez bien conservé ! Pour cela, nous avons numéroté les "faces" externes des piles du monument à partir de sa façade méridionale, celle tournée vers l'intérieur de la ville, en commençant par la face située la plus à l'ouest (F1) puis en faisant le tour de l'arc vers l'est et sa façade nord, vers l'extérieur de la ville. Voir le croquis ci-dessous d'après N. Brunette.

Porte de Mars

Pour le premier niveau (tableaux horizontaux) : il serait possible de voir sur la face latérale est (F 5) une scène de banquet funéraire (?)

Pour le deuxième niveau (niches verticales) : en F 1, Diane et Actéon ; il n'en reste que Diane dans l'attitude de l'Aphrodite de Doidelsas : c'est justement ainsi que le "canon" prévoit qu'on la représente.

F 6 : Hercule et Anthée devant Gaia (la Terre) et Minerve ; nous n'avons plus que ces deux derniers personnages visibles mais, avec un parallèle germanique, il est possible de l'identifier.

F 8 : Enée portant son père Anchise et tenant par la main son jeune fils Ascagne. En F 6, nous avons donc un exemple de Virtus, en F 8, de Pietas et en F 1, d'Impietas.

Mais qui figurent, plus haut, dans les clipei (boucliers) tenus par deux putti s'appuyant sur le fronton de la niche ?

Nous proposons d'y voir les têtes des empereurs, du moins de ceux qui ont reçu le titre de divus en commençant par Jules César jusqu'à Lucius Verus (F 10). La tête assez bien conservée en F 4 correspond assez bien à celle de Vespasien.

Le décor des voûtes en commençant par les latérales (signalons qu'elles ont été restaurées en 1983, après analyse des matériaux afin de préciser le meilleur traitement par Michel Bourbon, sous l'œil de Mlle Frossard alors inspectrice des M.H., Jean Rocard étant architecte-en-chef des M.H et ayant consulté le spécialiste du monument) :

Quel sens peut-on donner à cet ensemble ?

Des empereurs, comme le démontrent leur virtus, leur pietas, et sans doute leur clementia, ont manifesté leurs bonnes relations avec les dieux : d'où leur titre de divus. Ainsi ont-ils pu assurer au peuple la prospérité qui permet la joie de vivre ainsi que l'éternité et l'abondance. Sans doute faut-il voir dans la représentation des jumeaux une allusion aux "couples" de Lucius Verus et Marc Aurèle, puis, après la mort du premier, de Commode et Marc Aurèle. Cette hypothèse permet une datation avec assez de précision : après la mort de Lucius et avant celle de Marc Aurèle, soit entre 169 et 180.

Ce monument est donc non pas un arc dit de triomphe mais un monument élevé en l'honneur des empereurs. Il est dans la continuité rème de celui élevé aux princes de la Jeunesse et des colonnes du Jupiter à l'anguipède dont une devait se dresser à proximité. Il est sans doute aussi dans celle du monument élevé à Mars Camulus sans doute pour l'empereur, comme le monument connu par une inscription à Rindern dédié à cette même divinité pour le salut de Néron.

Mais pourquoi ce monument à cet endroit-là ? Nous avons tout autour des maisons d'une certaine richesse à ce que nous en savons par des éléments découverts : par exemple le buste d'un jeune homme (boulevard Foch) et la mosaïque des jeux du cirque (aux Promenades, détruite dans l'incendie de l'hôtel de ville en 1917). Mais surtout nous avons, au nord-est, un vaste et remarquable sanctuaire, dont des éléments ont été découverts rue Belin. Nous pensons pouvoir voir là, dans la périphérie de la ville, à la limite de la grande enceinte un sanctuaire en l'honneur de Mars Camulus. On peut relever que le cimetière dit de la rue de Neufchâtel est l'un des plus remarquables de la ville. Les découvertes récentes le confirment amplement.

Qui est à l'origine du monument ? Sans nul doute la civitas mais à vrai dire c'est une élite empreinte de culture romaine mais qui ne semble pas renier ces divinités. L'appartenance de Titius Iucundinius à ce sacerdoce des Laurentes Lavinates aux sources mêmes des origines de Rome en est une preuve. Mais que ce personnage ait tenu à dédicacer un monument à Mars Camulus est le témoin de cette double appartenance.

On doit noter le succès que connaît le calendrier rural au moyen-âge. Henri Stern a montré que le thème du "sacrifice" (ou abattage du porc) est repris à Byzance sept siècles plus tard. Seule disparaît la moissonneuse, parce qu'elle n'a plus sa raison d'être. Les conditions économiques qui avaient permis sa réalisation ont alors disparu.

François Lefèvre, mai 2015

Orientation bibliographique et autre (JJV)

1 - La Porte de Mars antique était aussi d'actualité dans les années 1830-50... et elle était alors vraiment à sauver :
- voir l'Album de Maquart Anciens rempart et portes de Reims dont elle est le point de départ et d'arrivée du tour de la ville... Album Maquart sur le site de la BM ; et lien sur le Rha et Petite promenade sur les remparts sur le site du GMB. Voir aussi, dans le récent BSAC (Bulletin de la Société Archéologique Champenoise) tome 106 - 2013, n°4, p 13-29, l'article de JJ Valette sur Maquart et la valeur de cet Album.- Pour cette période de la Révolution urbaine rémoise, Nicole Moine, dans un article sur "Le rêve inachevé de Nestor Brunette" (IATEUR 2009), a écrit une "Annexe": N. Brunette ou P. Mérimée ? brève enquête sur le sauveur de la Porte de Mars", pp. 421-23. Son article est en ligne (notice 39 du 15 juin 2013) sur le site du Rha.

2 - Plus récemment, il y a une trentaine d'années, à des fins didactiques et de diffusion grand public, une série de documents a été produite :
- Patrimoine Culturel de Reims... Vestiges des monuments... période gallo-romaine, fiches du CRDP de Reims, 1979 et réédition 1994, fiches 2 et 3 Porte de Mars et calendrier des saisons par F. Lefèvre, les voir ci-dessous en pdf.
-F. Lefèvre, La Porte de Mars de Reims, brochure du GEACA, 1980 (et réédition) 36 pages, nb. illustrations ; suivie d'une autre brochure sur le calendrier et la moissonneuse des Rèmes et des Trévires. Voir aussi de F.L. un article sur l'historiographie de la Porte, SACSAM Mémoires 1980
- Les Arcs antiques de Reims, par R. Neiss et alii, Rha n° 1, 1986; grand album de planches commentées encore disponible (documents iconographiques conservées le plus souvent à la B.M. Carnegie)

L'ensemble de la documentation et des références est repris dans la notice de F.L. en 2008-2010 : Carte Archéologique de la Gaule 51/2, Reims, pp. 132-140, nb. illustrations mais les références détaillées ne se trouvent que dans la bibliographie générale initiale. Voir, ci-après le pdf de la notice de la CAG.

Dans un gros ouvrage nouveau sur Reims, une métropole dans l'histoire, s. dir. P Demouy, 2010-2014, éd Guéniot, R. Neiss évoque la Porte de Mars, p. 45-47, dont le calendrier des saisons. En 2013, Caroline Blonce (Caen, Centre M. de Bouard) a publiée "A propos de la Porte Noire de Besançon et de la Porte de Mars de Reims" dans la Revue Historique, 2013-1, n°665, p. 3-21, en ligne. Sa thèse, en 2008 (Paris-Sorbonne), portait sur les arcs dans le monde romain.
- Pour les documents iconographiques originaux ou peu connus, le mieux est de consulter dans le Catalogue Iconographique de la B.M. Reims-Carnegie, 1982, Tome 1, les pp. 222-225 ; ou de faire la recherche de ces "images fixes " dans le catalogue en ligne actualisé.

Les cartes postales anciennes de la Porte de Mars sont nombreuses ainsi que les montages avant/aujourd'hui, il en existe une douzaine à retrouver dans le site ReimsAvant.com dont ces trois couples :
la porte de Mars pendant ses années de bombardements 1914-1918
La porte de Mars avant la Grande Guerre
La porte de Mars vue de la rue du Général Sarrail

_______________

La Ville de Reims prépare l'édition d'une brochure (dans une collection existante sur Reims Ville d'art et d'histoire) Laissez-vous conter... la Porte de Mars.

Des fouilles archéologiques sont prévues :
peut-être permettront-elles d'en savoir plus pour dater la construction de cette Porte... et d'un éventuel monument antérieur...

_______________

Gilbert Picard, spécialiste de l'Afrique romaine et de la dynastie de Septime Sévère originaire de Lybie, s'intéressait à la Porte de Mars pour cette raison. Septime, restaurateur et pacificateur de la Gaule et de la Britania a aussi réorganisé le réseau routier de la région dont Reims était capitale (en particulier Soissons-Troyes et Tongres-Reims-Soissons). Tenir et la Britania et les Germanies donnait à Reims un grand rôle de base arrière logistique quand l'armée et la cour se déplaçaient. Après sa mort à York en Britania (211), le convoi funéraire de Septime en route pour Rome et son apothéose est-il passé par Reims ? C'est probable...La Porte de Mars que l'on connait existait-elle déjà ? Ou serait-elle une réalisation de cette période ? Dans un contexte particulier à ne pas négliger : retour des cendres en grande pompe et divinisation de Septime, élimination de Geta par son frère Caracalla qui, nouvel empereur, fait proclamer alors son fameux édit général de citoyenneté, administratif mais aussi à visée religieuse et dynastique : Septime avait pris soin de se relier à toute la famille de Marc Aurèle...

Suite : bientôt ici en ligne ce qu'écrit Flodoard de la Porte de Mars et aussi les hagiographes des saints Sixte et Sinice

Plan de la notice 47 - 12/6/2015 :

Notice terminée juin 2015 n°47 © Rha

Retour haut de page